Lettre aux membres du Comité de la Recherche de l’ENST


30 juin 2004
URL: https://cfdt.mines-telecom.fr/article82.html

Le message suivant a été adressé par les élus au Comité de
la Recherche de l’ENST aux membres de ce comité, suite à son annulation.

Chers Collègues,

Vous avez reçu du Directeur de la Recherche une lettre annulant, et
reportant sine die, notre prochaine réunion du 16 Juin au prétexte qu’un
grand nombre de participants s’étaient déjà excusés par avance de leur
absence. Nous ne savons pas précisément ce qu’il en est de vos projets à
chacun mais nous pouvons vous assurer que les membres élus du Comité de
la Recherche avaient bien l’intention d’être présents à cette réunion et
de porter à votre connaissance leurs appréciation et commentaires sur la
situation actuelle.

Il est maintenant de notoriété publique qu’une grande partie de la
communauté de l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications, tant
du côté des personnels que des élèves, a manifesté son opposition au
renouvellement du directeur actuel pour un troisième mandat de trois ans.
La variabilité dans la relation qui en a été faite ici ou là justifie
qu’on revienne en quelques lignes sur la façon dont s’est exprimée cette
opposition.

Avant le Conseil d’Ecole du 8 avril, les syndicats ont organisé une
consultation - vote à bulletin secret - de l’ensemble du personnel sur la
question du renouvellement de Marc Peyrade. Avec une participation de
65%, le personnel s’est prononcé à 71% contre ce renouvellement. A ce
Conseil, les élus du collège des professeurs ont transmis une lettre - jointe en annexe de ce texte -
signée par 35 des 39 professeurs
titulaires, membres des différents départements de l’Ecole, et motivant
leur souhait de ne pas voir Marc Peyrade continuer à diriger l’Ecole.
Puis les réprésentants du personnel ont voté contre le renouvellement, et
ceux des élèves se sont abstenus.

Au Conseil d’Administration de l’Ecole, réuni le 27 avril, les
représentants des personnels et ceux des élèves se sont prononcés contre
ce renouvellement. A la suite de ce conseil, une pétition contre le
renouvellement a été lancée parmi l’ensemble du personnel ; elle a
recueilli à ce jour 170 signatures. Parallèlement, les représentants des
élèves et des doctorants de l’Ecole ont adressé au directeur une lettre
où ils explicitent leur position et les raisons de leur appréciation
négative de la politique menée à l’Ecole ces dernières années, posent des
questions et demandent des réponses écrites.

Cette opposition, particulièrement nette et profonde, a été quelque peu
minimisée, niée, voire brocardée par la Direction de l’Ecole et du GET ;
il était inévitable qu’elle emprunte alors pour s’exprimer des
canaux extérieurs et publics.

C’est cette situation dont nous avions l’intention de vous décrire plus
au fond les tenants et les aboutissants au cours de la réunion du 16
Juin. Situation de blocage préjudiciable à l’image de l’Ecole au moment
où une nouvelle promotion de candidats aux concours va exprimer ses choix
et pesant d’un poids très lourd sur le fonctionnement de l’Ecole, gênant
la formulation de projets, empêchant les décisions qui engagent l’avenir.
Les membres du Comité de la Recherche ont malheureusement pu observer au
cours des réunions antérieures l’étrange incapacité au dialogue de la
Direction, le très surprenant refus de présenter des bilans et des
budgets, le peu de cas fait des observations formulées par les membres du
Comité. La recommandation faite à la dernière réunion de réunir la
"partie interne" du Comité pour traiter des problèmes internes de
relations et de dialogue, recommandation qui ressortissait plus au bon
sens qu’à une contestation révolutionnaire, n’a même pas été suivie
d’effets puisque cette réunion interne n’avait été programmée que pour le
10 Juin, puis évidemment annulée vues les circonstances.

Ce dont vous avez été les témoins au Comité de la Recherche se répète
évidemment dans les autres instances, et la situation actuelle n’est pas
seulement le résultat de désaccords sur des choix, des objectifs, des
méthodes. Elle est la marque que le Directeur de l’Ecole n’a pas su faire
fonctionner les instances régulatrices de l’institution pour résoudre et
dépasser les conflits avant d’arriver à un blocage total.

Nous espérons que les membres du Comité pourront, chacun à leur place,
contribuer à rétablir à l’Ecole une situation apaisée et un climat plus
propice au fonctionnement constructif de notre instance. C’est en
formulant ce v ?u que nous vous prions de croire, chers collègues, en
l’expression de nos salutations les meilleures.