Mise au point de la CFDT


par CFDT - Telecom & Management SudParis
Première publication : 17 février 2011, mise en ligne: 1er décembre 2011
URL: https://cfdt.mines-telecom.fr/article175.html

Depuis le 28 janvier 2011 et la lettre ouverte de la CGT à Denis Lapert, suivie de la réponse de Jean-Claude Jeanneret et de Pierre Rolin, la CFDT se trouve dans une position difficile, n’ayant pas été associée à l’action de la CGT et ne souhaitant pas dédouaner la direction de sa responsabilité dans cette situation de crise.

Le 31 janvier 2011 la CFDT-Évry a eu une réunion bilatérale, prévue de longue date, avec la direction d’Évry (Pierre Rolin, Denis Lapert, Jean-Noël Poli, Laetitia Mandret), ce qui nous a permis de leur exprimer cette position.

Le 15 février nous avons rencontré Jean-Claude Jeanneret, à sa demande, et reprécisé notre point de vue.

La plupart des sujets évoqués par la CGT font partie du quotidien sur le campus d’Évry depuis longtemps. Ce qui fait polémique tient au fait que dans leur lettre ouverte le Directeur de l’École de Management est tenu pour principal responsable des dysfonctionnements et qu’en outre il est soupçonné de manquements à l’éthique.

Nous imaginons que nos collègues CGT ont dû avoir des éléments tangibles pour écrire une lettre ouverte de ce type, et nous l’avons dit à la direction d’Évry dès le lundi 31 janvier et répété à Jean-Claude Jeanneret et Brigitte Rouède. Nous souhaitons voir rapidement les résultats de l’enquête approfondie que l’Institut Télécom ne pourra pas manquer de mettre en œuvre.

Puisque les organisations syndicales doivent pouvoir faire remonter anonymement certaines informations obtenues auprès des personnels, afin de protéger ces derniers, la Direction ne peut pas demander aux syndicats de donner publiquement tous les détails de ce qu’ils savent. Si un membre du personnel a le courage de dénoncer des pratiques qui sont contraires à l’éthique, cette personne doit être protégée des pressions dont elle pourrait faire l’objet par la suite.

Cependant toute personne accusée a le droit de connaître précisément ce qui lui est reproché et de répondre aux accusations portées contre elle. A la suite de nos représentants au Conseil d’École, nous demandons donc à l’Institut Télécom une résolution rapide de ce dossier, qui respectera toutes les personnes concernées et permettra un retour rapide à une situation normale…c’est-à-dire, à Évry, à une situation normalement dysfonctionnelle.

Le mal-être ressenti depuis quelques années sur le campus d’Évry ne nous semble pas être limité à l’École de Management, même si celle-ci (de par son histoire) a une situation plus fragile que celle de TSP.

Nous n’oublions pas que de nombreux personnels (de support, et autres) se trouvent quotidiennement tiraillés entre les objectifs et les priorités contradictoires des deux écoles. Nous avons dénoncé depuis longtemps cette situation et le mal-vivre qu’elle engendre.

Quant au Directeur de l’École de Management, lorsqu’au printemps 2010 la CFDT a voté contre son projet de réorganisation de la recherche à TEM, nous avons expliqué notre vote comme n’étant pas uniquement sur le fond de la question mais sur le processus ayant mené aux changements, et notamment sur le manque de transparence et sur les pressions exercées sur certains membres du personnel ayant « osé » exprimer leur opposition à cette réorganisation.

Plus récemment, le 21 janvier 2011, au lendemain de l’annonce officielle du calendrier des « leçons » des candidats à un poste d’EC au département MMS, la CFDT a écrit un mail aux Directeurs de TEM et de TSP, au Directeur de la Formation de TEM et au Secrétaire Général et à la DRH du campus d’Évry pour leur expliquer pourquoi la candidature de l’épouse du directeur de l’École de Management ne nous semblait pas souhaitable, même si légalement rien n’interdisait une telle candidature. Dans la journée nous avons obtenu une réponse de Denis Lapert nous indiquant que cette candidature allait être retirée.

Actuellement nous demandons instamment à la Direction de l’Institut de faire une étude approfondie et objective de la situation à Évry, et cela très rapidement.

Nous aimerions voir à l’avenir une réelle synergie entre TSP et TEM, mettant en valeur tous les atouts dont nous tous, étudiants et personnels, pourrions bénéficier.

Le Bureau CFDT d’Évry