Pour en finir avec la décharge de l’ENST


par François Yvon
23 octobre 2006
URL: https://cfdt.mines-telecom.fr/article119.html

Pour ceux qui l’ignorent encore, l’ENST peut se vanter d’entretenir dans son périmètre un dépotoir, un tas d’ordures, une véritable décharge publique où l’on entasse (souvent pour des durées courtes, heureusement) au petit bonheur la chance meubles, ordinateurs, et autres objets devenus inutiles (Derrière le bâtiment G).

Cette situation, plusieurs fois dénoncée par les élus CFDT au CHS-CT de l’ENST doit cesser. Elle est insupportable pour les personnels qui travaillent dans ce périmètre, et notamment dans le bâtiment G - interdisant d’y percer de véritables fenêtres ; comme pour ceux qui sont installés dans le bâtiment A, et dont la vue du couloir est a peu près celle-ci (Vue du bâtiment A).

Elle est également insupportable pour les usagers de plus en plus nombreux des deux-roues, qui, du fait de l’emprise de la décharge et des mouvements qu’elle induit, ne peuvent bénéficier pleinement des installations (déjà bien trop réduites) pour garer leurs engins.

Elle est insupportable du point de la vue de la pollution des sols : une bonne pluie sur des ordinateurs éventrés ne peut que ramasser tout un tas de polluants chimiques qui finiront dans les eaux usées du réseau de la ville.

Elle est enfin insupportable du point de vue social : qui pourra croire qu’il n’y a pas mieux à faire de ces machines et meubles dont l’ENST ne veut plus que de les laisser pourrir en plein air.

Il est temps que l’école rationnalise l’enlèvement de ses déchets et encombrants et notamment en passant des partenariats avec les nombreuses associations qui recyleraient avec grand plaisir tout ces matériels dont l’École ne veut plus.

En faisant disparaître cette décharge, l’École pourrait regagner un espace fort utile pour les deux roues, aujourd’hui contraints de se garer de manière anarchique dans la cour Vergniaud.