La CFDT nationale La CFDT à l'Institut Mines-Télécom La CFDT à Télécom ParisTech La CFDT à TEM & TSP
CFDT Institut Mines-Télécom

mardi 27 juin 2017
La CFDT conforte sa première place à l’IMT

mardi 17 janvier 2017
Vos correspondants CFDT à l’Institut Mines-Télécom

mardi 26 janvier 2016
Plan séniors : Pour vivre longtemps vieillissons au rythme de l’élaboration du plan séniors !

CFDT Télécom ParisTech

lundi 13 mars 2017
Fusion des écoles : la dernière mauvaise idée en date

jeudi 2 février 2017
Le télétravail à Télécom ParisTech

mercredi 21 septembre 2016
Improvisation et Technocratie pour l’Enseignement et la Recherche (ITER) : la fusion à la mode IMT

CFDT Télécom École de Management & Télécom SudParis

jeudi 17 janvier 2013
Nos voeux pour 2013...et la triste disparition de la cafète

jeudi 17 janvier 2013
La liberté d’expression mise à mal ?

jeudi 1er décembre 2011
Mise au point de la CFDT

Accueil > Télécom ParisTech > Directeur de l’ENST
Lettre des étudiants à M. Marc Peyrade, directeur de l’ENST
18 mai 2004

Après avoir voté contre le renouvellement du mandat de Marc Peyrade au poste de directeur de l’ENST, les étudiants en formation initiale et en thèse le questionnent sur des points précis. Ce texte lui a été remis en mains propres par les
étudiants le 18 mai 2004.

Monsieur le Directeur,

Suite aux débats récents quant au renouvellement de votre mandat, les étudiants de Télécom Paris, en formation initiale et en thèse, ont souhaité vous soumettre les remarques suivantes. Comme vous le savez, ces remarques nous ont amenés à voter contre votre reconduction, lors du Conseil d’Administration du GET du 27 avril. Dans un esprit constructif mais vigilant, nous avons décidé de vous porter ce texte, qui sera diffusé à tous par mail et dans la Lettre Hebdo. Nous vous demandons solennellement d’y répondre par écrit, sous la même forme, par souci de transparence envers tous. Les étudiants, qui vous interpellent aujourd’hui, sont soucieux de l’avenir de leur école, à laquelle ils sont très attachés, et comptent sur vous pour répondre à leurs attentes.

1. Sur l’avenir de l’école, de son niveau et de notre diplôme

1.1. Nous nous inquiétons de la baisse du niveau à l’école.

- La réforme des briques, toute séduisante qu’elle était au départ,
continue à susciter de nombreux débats. Les briques ont apporté de
nombreux aspects positifs, dont une liberté et une souplesse de
choix pour les élèves. Cependant nous nous interrogeons sur certaines
conséquences de leur instauration : notamment, nous craignons que
les briques nous mènent vers une baisse du niveau technique à la
sortie de l’école. Le fractionnement des enseignements entraîne de
nombreuses redites ; certaines briques très spécialisées ne sont pas
ouvertes faute d’effectifs suffisants, d’où une perte de certains
domaines de compétences pointus.
- A l’extérieur de l’école, le
nombre et la qualité des candidats à l’admission sur titres a chuté.
Les rangs d’entrée au concours sont loin d’être ceux que vous aviez
annoncé comme objectif à votre arrivée à l’école (meilleurs que les
Ponts, voire les Mines ?).

1.2. L’ouverture à l’International, qui est un objectif affiché de
l’école et une préoccupation pour nous tous, ne nous paraît pas
être la réussite annoncée.

- Certes, l’Ecole accueille un nombre record d’étudiants étrangers.
Mais combien d’élèves français partent ? 9 l’année dernière, 20
pour l’année en cours. L’école s’est-elle dotée d’objectifs chiffrés
pour les prochaines années, dans ce domaine ? De nombreux étudiants
font état des difficultés qu’ils ont rencontrées pour partir. Une
politique active vers l’International peut-elle être unilatérale ?
- Il n’y a toujours aucun accord d’échange vers des universités
américaines, dans un sens ou dans l’autre. Il n’est en particulier
pas question, à notre connaissance, d’une volonté d’aide financière
du GET aux étudiants qui souhaiteraient partir aux Etats-Unis.
L’internationalisation peut-elle se faire sans les Etats-Unis ?
- A l’heure de l’harmonisation LMD en Europe et d’une intensification
des échanges avec des établissements ayant tous le semestre comme
unité, la persistance d’un cursus trimestriel ne sera-t-elle pas
un énorme obstacle pour prendre le train de l’internationalisation
 ?

1.3. Nous attendons toujours des réponses sur les rapprochements
entre écoles

- La position actuelle de Télécom Paris semble être l’attentisme
passif. Pourquoi ne pas prendre une part plus active à ces réflexions,
dont on ne pourra plus longtemps faire l’économie ?
- Les étudiants
ressentent un fossé entre le discours et les faits : dans le discours,
Télécom Paris se dit préoccupée par les questions de rapprochement.
Quelles sont les actions concrètes ?

1.4. Nous souhaitons que Télécom Paris reste une école, et une école
d’ingénieurs
.

- Nous sommes surpris, parfois choqués par votre présentation
systématique de l’école comme une entreprise, des élèves comme des
clients, et des missions d’enseignement et de recherche de l’école
comme d’un fonds de commerce.
- Une école qui veut former des
managers est une école de management. Beaucoup d’étudiants ont
l’impression qu’on leur déconseille ou même qu’on les empêche de
suivre des parcours techniques pointus. Ils sont attachés à l’image
de grande école d’ingénieurs et sont inquiets des stratégies
d’enseignement et de communication menées, qui tend à faire des
diplômés des managers plutôt que des ingénieurs. L’existence de
cours non techniques ouvrant vers des domaines liés à l’économie,
la finance, le management, est une bonne chose ; elle permet une
ouverture vers de nouveaux débouchés pour les élèves qui ne cherchent
pas à se tourner vers l’ingénierie ; mais elle ne doit pas devenir
l’objectif de l’école et laisser penser à d’autres élèves, venus
acquérir des compétences scientifiques et techniques à l’école,
qu’ils n’y ont plus leur place.

2. Sur la vie quotidienne et les relations avec les étudiants

2.1. Nous ne sommes pas d’accord avec l’image de l’école que vous
transportez.
- L’une des principales attributions d’un directeur
d’école, à notre avis, est d’en être l’incarnation, de la représenter
à l’extérieur, de véhiculer son image. Nous avons été souvent déçus
par des interventions maladroites ou des plaisanteries mal venues.
Nous aimerions que notre école montre, à travers vous, une image
plus sérieuse et plus crédible.
- Attirer plus de jeunes femmes
dans l’école est une préoccupation importante. De nombreux élèves
se sont déclarés choqués de remarques et de plaisanteries à caractère
sexiste, qui desservent cet objectif.

2.2. La communication et la collaboration avec les élèves est
insuffisante.
- Nombre de décisions sont annoncées au dernier
moment, de façon cavalière, et prises sans concertation avec les
élèves.
- Les déjeuners au RAB et les amphis trimestriels sont
perçus comme des opérations de communication, pas comme un réel
dialogue.

2.3. L’engagement associatif des élèves ne reçoit pas de reconnaissance,
de nombreux élèves ressentent une grande indifférence de votre part
et de celle de votre équipe.
- Votre absence au Gala, aux
représentations du théâtre français, et même cette année au Forum,
outre qu’elles ont peiné les élèves qui s’y sont personnellement
investis, nous fait tous nous interroger sur l’intérêt que vous
portez aux élèves de votre école, alors même que ces activités
participent à l’image de l’école et à son rayonnement. Elles sont
également essentielles pour les recruteurs et nous pensons que
l’école doit reconnaître cette importance.
- La question de la
valorisation de la participation aux associations a été discutée
vivement cette année avec la Formation Initiale. Nous aurions aimé
que vous y participiez. Votre absence du débat nous a semblé confirmer
votre désintérêt pour l’engagement des étudiants.

2.4. Ceux d’entre nous qui préparent une thèse de doctorat ont
rencontré des problèmes spécifiques.
- Les doctorants détachés sur
le site Dareau ne reçoivent pas la subvention GET pour déjeuner au
FIAP avec les enseignants. Ils doivent donc, soit perdre un temps
important en trajets quotidiens pour manger au RA Barrault, soit
payer leur repas au tarif plein au FIAP. Pourquoi avez-vous
explicitement cautionné cette mesure ?
- Le plancher de salaire
des doctorants, garantissant une certaine équité entre les différents
statuts, a été abaissé de près de 200 Euros (15%). 60% des thésards
entrants l’année prochaine seront concernés par cette diminution
significative. Certains thésards actuellement à l’école ont même
perdu en septembre dernier de façon immédiate et permanente ce
complément de bourse, contrairement à ce qui avait été convenu au
départ. La rémunération des thésards est-elle un budget sur lequel
on peut rogner pour équilibrer les comptes ?
- La France entière
a été secouée par les débats sur la recherche. Pourquoi n’avoir pas
pris position dans le débat "Sauvons la recherche", qui a mobilisé
massivement à l’école ?

3. Sur les relations avec les enseignants-chercheurs.

Nous tenions
à ajouter à cette lettre, notre profonde inquiétude quant au climat
des relations entre les enseignants-chercheurs et la Direction, que
vous représentez. Ce climat nuit à tous, que ce soit pour l’ambiance
de travail, pour la qualité des enseignements, et in fine pour la
qualité de notre diplôme. Les réponses à ces questions appartiennent
pour l’instant au débat entre vous et les enseignants-chercheurs,
mais nous tenions à réaffirmer notre sensibilité sur ces problèmes
et l’attention particulière que nous porterons aux réponses qui y
seront données.

Cette lettre sera publiée dans la Lettre Hebdomadaire et diffusée
à l’ensemble des élèves et des thésards. Nous souhaitons que vous
preniez nos remarques avec le plus grand sérieux. Nous attendons
tous vos réponses.

Les étudiants de Télécom Paris


Documents liés:
  • Lettre :

    Version PDF de la lettre des étudiants au Directeur de l’ENST

    - PDF - 71.3 ko, 0 x 0 pixels

À lire également

  • lundi 11 avril 2005
    Rien de nouveau sous le soleil peyradien !
  • mercredi 15 décembre 2004
    Dialogue Social rétabli ? Non, seulement convalescent !
  • mardi 9 novembre 2004
    Dialogue Social ?
  • jeudi 29 juillet 2004
    Nomination de Peyrade III
  • mercredi 30 juin 2004
    Lettre aux membres du Comité de la Recherche de l’ENST
  • Actualité CFDT

    SITE RÉALISÉ AVEC SPIP DIRECTEURS DE LA PUBLICATION: ÉRIC BERGEAULT & SAMUEL TARDIEU
    Section CFDT Institut Mines-Télécom | ADMIN