La CFDT nationale La CFDT à l'Institut Mines-Télécom La CFDT à Télécom ParisTech La CFDT à TEM & TSP
CFDT Institut Mines-Télécom

mardi 27 juin 2017
La CFDT conforte sa première place à l’IMT

mardi 17 janvier 2017
Vos correspondants CFDT à l’Institut Mines-Télécom

mardi 26 janvier 2016
Plan séniors : Pour vivre longtemps vieillissons au rythme de l’élaboration du plan séniors !

CFDT Télécom ParisTech

lundi 13 mars 2017
Fusion des écoles : la dernière mauvaise idée en date

jeudi 2 février 2017
Le télétravail à Télécom ParisTech

mercredi 21 septembre 2016
Improvisation et Technocratie pour l’Enseignement et la Recherche (ITER) : la fusion à la mode IMT

CFDT Télécom École de Management & Télécom SudParis

jeudi 17 janvier 2013
Nos voeux pour 2013...et la triste disparition de la cafète

jeudi 17 janvier 2013
La liberté d’expression mise à mal ?

jeudi 1er décembre 2011
Mise au point de la CFDT

Accueil > Télécom ParisTech > Directeur de l’ENST
Compte-rendu du CA du GET par les élèves
7 mai 2004

Suite au conseil d’administration du GET, voici le compte-rendu
de Nancy Bertin, élue représentant les élèves, addressé aux étudiants par courrier électronique et publié dans
la « Lettre Hebdo », le journal des élèves de l’ENST.

Comme vous le savez, le Conseil d’Administration du GET qui s’est tenu
le 27 avril devait délibérer au sujet du renouvellement du mandat de
Marc Peyrade au poste de directeur de l’ENST. Malgré six votes contre,
exprimés par l’ensemble des représentants des élèves et trois des
quatre représentants du personnel (enseignants-chercheurs et
personnels administratifs et techniques), et un débat tendu, le
Conseil s’est prononcé en faveur de ce renouvellement (sachant que la
décision finale appartient au ministre de tutelle), en traitant avec
le plus grand mépris les avis de ces six personnes.

Rappelons d’abord les circonstances de notre vote et ses raisons.
Suite à une consultation par mail (qui a reçu un succès record pour ce
genre de consultation), les élèves de Télécom Paris (ainsi que les
doctorants) sont très majoritairement exprimés contre ce
renouvellement, et ce avec des avis argumentés et précis. J’ai donc
porté cet avis, après mûre réflexion et lecture attentive des
contributions de chacun. Ayant exposé nos
arguments à mes homologues de l’INT et de l’ENST-Bretagne, j’ai également
reçu leur soutien dans ce vote défavorable.

L’une des principales raisons de ce vote est l’inquiétude très vive
suscitée par les relations extrêmement conflictuelles entre les
enseignants-chercheurs de l’école et leur directeur. Le plaidoyer
d’Eric Bergeault, représentant élu des enseignants-chercheurs de
Télécom Paris au CA, a très vivement témoigné de ce malaise : ambiance
délétère, conflits, rupture du dialogue social, désaveu de la
politique stratégique et budgétaire menée par le Directeur... Que les
raisons qui ont conduit à cette situation concernent directement les
étudiants ou pas, il n’en reste pas moins que tous les étudiants,
comme l’ensemble des personnes qui vivent à l’école au quotidien, ne
peuvent que pâtir de ce climat. La situation de blocage dans laquelle
se trouve le dialogue aujourd’hui à l’ENST entre direction et enseignants
ne peut que nuire à l’école, à son image, à son diplôme,
donc à ses étudiants.

De nombreux autres arguments ont été évoqués dans vos mails. Parmi eux,
la critique de l’image de l’école véhiculée par Marc Peyrade lors de ses
interventions publiques ; le manque de concertation et de participation des
étudiants aux réflexions et décisions à propos de l’école (les amphis
trimestriels et les déjeûners étant perçus comme des opérations de
communication, mais pas comme un réel dialogue) ; le fait que l’école soit
systématiquement présentée comme une entreprise, les élèves comme des
clients, l’enseignement comme un fonds de commerce ; plusieurs décisions
prises au détriment des thésards (réduction de leur allocation,
interdiction de déjeûner avec les enseignants pour ceux qui sont détachés
sur le site Dareau) ; la faiblesse de l’ouverture à l’international
(pourtant présentée régulièrement comme un des succès de Marc Peyrade),
car bien que l’école reçoive un grand nombre d’étudiants étrangers, les
étudiants de l’ENST rencontrent en revanche les plus grandes difficultés à
partir...

D’autres étudiants, minoritaires, se sont prononcé en faveur d’une
abstention ou d’un vote pour. La plupart du temps, parce qu’ils
pensaient qu’un autre directeur ne serait pas différent, et parce
qu’aucun autre candidat n’était proposé (ce qui montre bien,
d’ailleurs, que la décision était prise bien avant la tenue du CA).
Ayant bien pesé toutes ces contributions, j’ai exprimé un avis
défavorable, avec, dans la mesure du possible, mesure et courtoisie.

Le vote des élus au CA a été ignoré et leur parole méprisée. Les
élèves, c’est bien connu, sont de jeunes imbéciles qui ne savent pas de
quoi ils parlent, et qui reviendront dire des choses intelligentes
quand ils auront davantage de poil au menton ; les profs, eux, des
enquiquineurs conservatistes, qui râlent par principe et ne comprennent
rien aux enjeux stratégiques. Nous avons été extrêment choqués de cette
attitude envers nous, élus, car nous attaquer sur notre légitimité et
mépriser notre avis va à l’encontre de tous les principes
démocratiques. Compte-tenu de cette attitude, nous avons décidé de
quitter la séance.

Et maintenant ? Pour ce qui est du mandat de Marc Peyrade, il m’a
invité à venir discuter avec lui de vos arguments. Il m’avait d’abord
semblé qu’il pouvait s’agir d’une bonne idée, étant acquis qu’il serait
reconduit dans ses fonctions, et qu’il fallait donc faire contre bonne
fortune bon coeur et convertir la mobilisation en travail constructif.
Mais j’hésite. Une fois de plus, après l’échec prévisible d’un
simulacre de démocratie au CA, on va régler ça informellement entre
gens de bonne compagnie ? D’autre part, il faut certainement s’attendre
à de nouvelles réactions des enseignants-chercheurs, et il me paraît
important d’intégrer ce paramètre dans ce que nous déciderons de faire.
Enfin de manière plus générale, la façon dont nous sommes régulièrement
traités dans les instances des écoles (CA, mais aussi Conseil d’école)
me fait m’interroger sur les réactions à avoir : faut-il continuer à
siéger, accordant ainsi notre crédit à la mascarade qui s’y déroule,
mais continuant à prendre tout de même la parole et à manifester notre
présence, ou pratiquer la politique de la chaise vide, nous privant
d’une représentation mais protestant contre le fonctionnement des
instances ?

J’ai personnellement pris très au sérieux mon rôle, et cela m’a fait
chaud au coeur de voir qu’un certain nombre d’élèves prenaient la
mesure de l’importance de ces débats. Je remercie d’ailleurs tous ceux
qui se sont exprimés. Il me paraît important de ne pas en rester là et
de continuer à collaborer ensemble pour avoir la position la plus
profitable pour l’école et tous ceux qui y vivent au quotidien, et pour
asseoir notre crédibilité. C’est pourquoi je propose à tous ceux qui se
sentent concernés, soit par les suites à donner au renouvellement du
mandat de Marc Peyrade, soit par les questions plus générales de
représentation des étudiants, de se réunir en amphi pierres précieuses
ce mardi 4 mai à 12h30. Je vous y attends nombreux !

Nancy nbertin@enst.fr

À lire également

  • lundi 11 avril 2005
    Rien de nouveau sous le soleil peyradien !
  • mercredi 15 décembre 2004
    Dialogue Social rétabli ? Non, seulement convalescent !
  • mardi 9 novembre 2004
    Dialogue Social ?
  • jeudi 29 juillet 2004
    Nomination de Peyrade III
  • mercredi 30 juin 2004
    Lettre aux membres du Comité de la Recherche de l’ENST
  • Actualité CFDT

    SITE RÉALISÉ AVEC SPIP DIRECTEURS DE LA PUBLICATION: ÉRIC BERGEAULT & SAMUEL TARDIEU
    Section CFDT Institut Mines-Télécom | ADMIN