La CFDT nationale La CFDT à l'Institut Mines-Télécom La CFDT à Télécom ParisTech La CFDT à TEM & TSP
CFDT Institut Mines-Télécom

mardi 27 juin 2017
La CFDT conforte sa première place à l’IMT

mardi 17 janvier 2017
Vos correspondants CFDT à l’Institut Mines-Télécom

mardi 26 janvier 2016
Plan séniors : Pour vivre longtemps vieillissons au rythme de l’élaboration du plan séniors !

CFDT Télécom ParisTech

lundi 13 mars 2017
Fusion des écoles : la dernière mauvaise idée en date

jeudi 2 février 2017
Le télétravail à Télécom ParisTech

mercredi 21 septembre 2016
Improvisation et Technocratie pour l’Enseignement et la Recherche (ITER) : la fusion à la mode IMT

CFDT Télécom École de Management & Télécom SudParis

jeudi 17 janvier 2013
Nos voeux pour 2013...et la triste disparition de la cafète

jeudi 17 janvier 2013
La liberté d’expression mise à mal ?

jeudi 1er décembre 2011
Mise au point de la CFDT

Accueil > Télécom ParisTech > Dossier « rue Dareau »
Parcours d’une pétition
par CFDT - Télécom ParisTech
21 juin 2002

Les organisations syndicales comme les représentants du personnel
ont essayé à maintes reprises d’obtenir des informations concernant
les intentions de la direction de déplacer un certain nombre de
personnes rue Dareau. Systématiquement, la direction de l’ENST a
refusé de fournir des réponses sous des prétextes fallacieux.

Personne n’est responsable

À plusieurs reprises, Marc Peyrade a répondu à des enseignants-chercheurs trop curieux que « Henri Maître était
chargé de la désignation des personnes
 », et qu’il n’intervenait
pas dans le groupe de travail composé par celui-ci. Toutefois,
il devenait plus précis lorsqu’il s’agissait de la méthode :
le volontariat était exclus, la liste de volontaires devait venir
des chefs de service
.

Quelques couacs ont toutefois laissé transparaître, par erreur semble-t’il, une liste soit-disant définitive de personnes
désignées d’office pour rejoindre le site Dareau. Notons qu’un
grand nombre de ces personnes n’étaient pas au courant elles-mêmes,
et que les conditions de ce départ programmé n’étaient nullement évoquées.
À cette occasion, certains membres du groupe de travail se sont
désolidarisés et ont affirmé que cette liste n’était pas à
l’ordre du jour.

Alerte, pétition !

Lorsque les organisations syndicales proposent au personnel de
signer une pétition protestant contre les méthodes utilisées par la direction pour organiser le déménagement rue Dareau et de la présenter au conseil d’administration du GET, la direction comprend soudain les risques qu’elle encourt vis-à-vis de sa tutelle en pratiquant une politique autocratique. À partir de ce moment là, les événements s’accélèrent.

Reprenons la chronologie :
- 17 juin 2002, 13h30 : lors d’une HMI [1], la création d’une pétition est décidée par le personnel.
- 18 juin 2002, 9h00 : la pétition circule dans les services et recueille immédiatement le soutien d’une large majorité du personnel.
- 18 juin 2002, 16h59 : un courrier électronique d’Henri Maître envoyé aux enseignants-chercheurs indique que le groupe de travail « Rch » a remis le jour même ses conclusions à Marc Peyrade qui les a approuvées. Ces recommendations approuvées sont jointes au message. Aucune hypothèse non retenue n’est mentionnée.
- 18 juin 2002, 18h52 : un communiqué du comité directeur du jour même est envoyé à l’ensemble du personnel, reprenant entre autres les conclusions du groupe de travail « Rch ».

Jamais auparavant la direction n’avait fait preuve d’une telle diligence pour transmettre les communiqués du comité directeur.
Les mauvaises langues (dont nous sommes) ont immédiatement pensé que la direction
tentait, en vain et de manière peu subtile, de fabriquer en une
journée, et juste avant le conseil d’administration du 20 juin 2002, un simulacre de communication, à défaut de concertation et de consultation du personnel.

Le personnel intervient au conseil d’administration

Le 20 juin 2002, près de 200 signatures étaient recueillies pour la pétition. Parallèlement, les doctorants, qui ont souhaité s’associer au mouvement, ont récolté une cinquantaine de signatures dans les dernières 24 heures.

Le personnel, regroupé ce jour là juste avant que ne se tienne le
conseil d’administration du GET, confirme son intention de lire
cette pétition pendant la séance. La présence du
directeur de la recherche de l’ENST, par ailleurs
nouveau responsable du groupe de travail précédemment dirigé par Henri Maître, a permis de confirmer certains soupçons : la réaction de la direction de l’ENST est effectivement dû aux pétitions en cours.

En conséquence, le personnel est intervenu en masse au conseil d’administration du GET et a obtenu de Didier Lombard l’ouverture de négociations complètes (n’excluant plus a priori la possibilité de déplacer également des services du SAG), organisées par Marc Oberlé, sur l’occupation des locaux des rues Barrault et Dareau.

La pétition, suivie massivement, a eu l’avantage de permettre
enfin l’ouverture de négociations. Nous, membres et
représentants du personnel, resterons bien évidemment très
vigilants sur les suites qui y seront données.

[1Heure Mensuelle d’Information, information du personnel organisée par les syndicats représentatifs

CFDT - Télécom ParisTech

À lire également

  • vendredi 2 juin 2006
    Des m2 ? Parlons en !
  • mardi 4 février 2003
    La Formation Continue déménage à nouveau
  • vendredi 15 novembre 2002
    À propos du projet de déménagement de l’ENST sur le site Dareau
  • lundi 14 octobre 2002
    La CFDT boycotte le CTP de l’ENST
  • vendredi 11 octobre 2002
    Déménagement à Dareau : la CFDT dit NON !
  • Actualité CFDT

    SITE RÉALISÉ AVEC SPIP DIRECTEURS DE LA PUBLICATION: ÉRIC BERGEAULT & SAMUEL TARDIEU
    Section CFDT Institut Mines-Télécom | ADMIN