La CFDT nationale La CFDT à l'Institut Mines-Télécom La CFDT à Télécom ParisTech La CFDT à TEM & TSP
CFDT Institut Mines-Télécom

mardi 27 juin 2017
La CFDT conforte sa première place à l’IMT

mardi 17 janvier 2017
Vos correspondants CFDT à l’Institut Mines-Télécom

mardi 26 janvier 2016
Plan séniors : Pour vivre longtemps vieillissons au rythme de l’élaboration du plan séniors !

CFDT Télécom ParisTech

lundi 13 mars 2017
Fusion des écoles : la dernière mauvaise idée en date

jeudi 2 février 2017
Le télétravail à Télécom ParisTech

mercredi 21 septembre 2016
Improvisation et Technocratie pour l’Enseignement et la Recherche (ITER) : la fusion à la mode IMT

CFDT Télécom École de Management & Télécom SudParis

jeudi 17 janvier 2013
Nos voeux pour 2013...et la triste disparition de la cafète

jeudi 17 janvier 2013
La liberté d’expression mise à mal ?

jeudi 1er décembre 2011
Mise au point de la CFDT

Accueil > Télécom ParisTech > Dossier « rue Dareau »
Déménagement à Dareau : la CFDT dit NON !
par CFDT - Télécom ParisTech
11 octobre 2002

Sûr de son fait, passant outre l’opposition massive des personnels de l’ENST, M. Peyrade s’entête dans son projet de déménagement sur le site de la rue Dareau. La liste des déménagés d’office présentée par A. Levy reprend à quelques détails près les conclusions du groupe de travail conduit par H. Maître en juin, et prévoit des déménagements rapides : nous voilà revenus au point de départ.

Nous persistons à penser que ce projet est tout à la fois exagérement coûteux et susceptible de dégrader fortement la qualité de l’enseignement ; et que sa mise en oeuvre s’effectue dans des conditions détestables. Ruineux, ce projet l’est assurément : à quoi vont servir les 4300m2 loués rue Dareau (pour un coût de 12 MF par an) ? Le plan de développement de l’ecole, validé en 2000, ne prévoyait qu’une augmentation de 2300 m2 des besoins en locaux, et moins de 1000m2 pour l’ensemble de la Direction de la recherche. Et l’on ne parle pas du prix des travaux ni des surcoûts engendrés par la dispersion des activités de l’ENST sur deux sites, engendrant d’incessants déplacements de personnes et de matériels.

Pendant ce temps, la Direction nous affirme qu’elle fait des économies, et que le temps du trajet Barrault-Dareau n’est pas du temps perdu ! Comprenne qui pourra. La manière de remplir ces nouveaux locaux est en fait toute trouvée : y loger une majorité des enseignants-chercheurs de l’ENST.

Au-delà du projet Lévy, une nouvelle vague de déménagements se profile pour 2003 : selon les sources, la Direction parle de 30 à 50% des ECs ! Dès lors que les enseignants de langues restent à Barrault, c’est plus d’un enseignant-chercheur sur deux qui est à terme concerné. On ne nous fera pas croire que ceci sera sans incidence sur l’enseignement : les élèves y perdront à coup sûr un contact direct aux enseignants et aux laboratoires de l’École, contact qui joue pour beaucoup dans la qualité des enseignements dispensés.

Et tout ce chamboulement pour quoi au fond ? Parce que le SAG refuse de déplacer ses services, arguant que c’est mauvais pour son image (sic) ; alors que le regroupement des services du SAG et de la DS GET libérerait aujourd’hui de quoi absorber presque intégralement la croissance prévue ! On voudrait en rire, si
ces décisions absurdes n’affectaient pas en profondeur les condition de travail et d’etude de centaines de personnels et étudiants. Nous redisons donc que ce projet est est dommageable non seulement pour les personnels déménagés, mais également pour l’Ecole dans son ensemble.

C’est donc collectivement qu’il faut que nous nous y opposions, même si même si certains, qui ne déménageant pas, préfèrent faire le gros dos ; même si d’autres, qui ont la vue bien courte, pensent avant tout à en encaisser les bénéfices (un plus gros bureau, une place de parking, moins d’élèves pour les déranger...) immédiats qui se distribuent dans l’intimité des bureaux de la Direction. Car au niveau de la mise en oeuvre, il y a bien à redire : les élus du personnels sont maintenus dans un flou complet concernant le nombre de salariés finalement déménagés, concernant l’attribution des locaux, concernant le nombre et l’utilisation des salles de cours ; pendant que se négocient individuellement les petits avantages qui rendront la pilule moins dure à avaler.

On reconnaît là comme une marque de fabrique, qui s’exprime en particulier par le refus systématique d’entendre les personnels et leurs représentants, par le passage en force érigé en système de management.

S’opposer au déménagement rue Dareau aujourd’hui, c’est alors également marquer notre opposition résolue à une Direction jour après jour plus dictatoriale, qui entretient à l’Ecole une ambiance détestable et la conduit vers un déclin assuré. Avec le personnel de l’ENST, la CFDT continuera donc à se battre pour qu’un autre projet, conduit dans la concertation, pour le bénéfice de l’Ecole et du GET soit finalement retenu. Ce sera possible si, ensemble, nous le décidons !

Pour en discuter avec vos représentants, rendez-vous à la HMI du 11/10/2002, 12h30 en salle B310.

CFDT - Télécom ParisTech

À lire également

  • vendredi 2 juin 2006
    Des m2 ? Parlons en !
  • mardi 4 février 2003
    La Formation Continue déménage à nouveau
  • vendredi 15 novembre 2002
    À propos du projet de déménagement de l’ENST sur le site Dareau
  • lundi 14 octobre 2002
    La CFDT boycotte le CTP de l’ENST
  • mardi 10 septembre 2002
    Conclusions du directeur concernant les cours rue Dareau
  • Actualité CFDT

    SITE RÉALISÉ AVEC SPIP DIRECTEURS DE LA PUBLICATION: ÉRIC BERGEAULT & SAMUEL TARDIEU
    Section CFDT Institut Mines-Télécom | ADMIN