La CFDT nationale La CFDT à l'Institut Mines-Télécom La CFDT à Télécom ParisTech La CFDT à TEM & TSP
CFDT Institut Mines-Télécom

mardi 17 janvier 2017
Vos correspondants CFDT à l’Institut Mines-Télécom

mardi 26 janvier 2016
Plan séniors : Pour vivre longtemps vieillissons au rythme de l’élaboration du plan séniors !

mardi 26 janvier 2016
Le plan égalité hommes-femmes attendra un an de plus.....!

CFDT Télécom ParisTech

lundi 13 mars 2017
Fusion des écoles : la dernière mauvaise idée en date

jeudi 2 février 2017
Le télétravail à Télécom ParisTech

mercredi 21 septembre 2016
Improvisation et Technocratie pour l’Enseignement et la Recherche (ITER) : la fusion à la mode IMT

CFDT Télécom École de Management & Télécom SudParis

jeudi 17 janvier 2013
Nos voeux pour 2013...et la triste disparition de la cafète

jeudi 17 janvier 2013
La liberté d’expression mise à mal ?

jeudi 1er décembre 2011
Mise au point de la CFDT

Accueil > Télécom ParisTech > Dossiers de revendications > Emploi
Bureaucratie au GET ? ce n’est, bien sûr, qu’une fable !
par CFDT - Télécom ParisTech
21 septembre 2005

Il était une fois, une Fourmi heureuse et productive qui tous les jours
arrivait de bonne heure à son travail. Elle passait toute sa journée à
travailler dans la joie et la bonne humeur, poussant même la chansonnette.
Elle était heureuse de travailler et son rendement était excellent mais,
malheur !, elle n’était pas pilotée par un manager ... Le Frelon, PDG de
l’entreprise, considérant qu’il n’était pas possible que la situation puisse
perdurer, créa un poste de manager pour lequel il recruta une Coccinelle
avec beaucoup d’expérience.

La première préoccupation de la Coccinelle fut d’organiser les horaires
d’entrée et de sortie de la fourmi. Elle créa également un système de
compte-rendu et de fiches navettes. Très vite, il fallut engager une
secrétaire pour l’aider à préparer les dossiers et le reporting, si bien
qu’elle recruta une Araignée qui mis sur pied un système de classement et
qui fut chargée de répondre au téléphone.

Pendant ce temps là, la fourmi heureuse et productive continuait de
travailler, travailler, travailler. Le Frelon, PDG de l’entreprise, était
ravi de recevoir les rapports de la Coccinelle, si bien qu’il lui demanda
des études comparatives avec graphiques, indicateurs et analyse de tendance.
Il fallut donc embaucher
un Cafard pour assister le manager et il fallut acheter
un nouvel ordinateur avec une imprimante.

Assez vite, la Fourmi heureuse et productive commença à baisser de rythme et
à se plaindre de toute la paperasserie qui lui est dorénavant imposée. Le
Frelon, PDG de l’entreprise, considéra qu’il était temps de prendre des
mesures. Il créa donc le poste de chef de service pour superviser la Fourmi
heureuse et productive.

Le poste fut pourvu par une Cigale qui changea tout le mobilier de son
bureau et qui demanda un nouveau fauteuil ergonomique ainsi qu’un nouvel
ordinateur avec écran plat. Seulement, avec plusieurs ordinateurs, il fallut
aussi installer un serveur réseau. Le nouveau chef de service ressenti
rapidement le besoin de recruter un adjoint (qui était son assistant dans son ancienne
entreprise) afin de préparer un plan stratégique de pilotage ainsi que le
budget de son nouveau service. Pendant ce temps-là, la Fourmi était de moins
en moins heureuse et de moins en moins productive.

« Il va nous falloir bientôt commander une étude sur le climat social », dit
la Cigale.

Mais, un jour, le Frelon, PDG de l’entreprise, en examinant les chiffres, se
rendit compte que le service dans lequel la Fourmi heureuse et productive
travaille n’était plus aussi rentable qu’avant. Il eut donc recours aux
services d’un prestigieux consultant, M. Hibou, afin qu’il face un
diagnostic et qu’il apporte des solutions. Le Hibou fit une mission de trois
mois dans l’entreprise à l’issue de laquelle il rendit son rapport : « il y a
trop de personnel dans ce service ». Le Frelon, PDG de l’entreprise, suivit
ses recommandations et .. licencia la Fourmi !

Moralité :

Ne t’avise jamais d’être une Fourmi heureuse et productive. Il vaut mieux
être incompétent et ne servir à rien. Les incompétents n’ont pas besoin de
superviseur, à quoi cela servirait puisque tout le monde le sait ! Si malgré
tout, tu es productif, ne montre pas que tu es heureux au travail, on ne te
le pardonnerait pas.

CFDT - Télécom ParisTech

Actualité CFDT

SITE RÉALISÉ AVEC SPIP DIRECTEURS DE LA PUBLICATION: ÉRIC BERGEAULT & SAMUEL TARDIEU
Section CFDT Institut Mines-Télécom | ADMIN